• mar. Oct 19th, 2021

► Gary French, le chanteur de charme qui fait souffler un vent de nostalgie à chaque fois qu’on l’écoute

  • Home
  • ► Gary French, le chanteur de charme qui fait souffler un vent de nostalgie à chaque fois qu’on l’écoute
Gary French fait incontestablement souffler un vent de nostalgie à chaque fois qu’on l’écoute chanter.

Né en 1939 en Haïti, Gary French est sur scène dès l’âge de 19 ans et gravit rapidement les marches du succès grâce à une voix qui enchante.

Sur des airs charmeurs et romantiques, il conquit un large public dépassant les frontières de son île natale.

Ponctuant, de sa voix exceptionnelle, les après-midis locaux depuis de très longues années, les titres de Gary French font incontestablement souffler un vent de nostalgie à chaque fois qu’on les écoute.

Nous sommes persuadés qu’en l’écoutant, vous risquez de tomber sous son charme…

Après quelques escapades transitoires, Gary French a émergé de l’”Orchestre Latino”, puis a fait sa marque avec “La Flèche d’Or” de Webert Sicot en tandem, avec André Dorismond, au sein de laquelle il mit en relief son phrasé mi-félin, mi-rauque qui a fait de lui un succès incontournable auprès de la gent féminine. Ajoutée à son style romantique, cette saveur irrésistible fit de lui l’un des chanteurs les plus côtés de son époque.

Au milieu des années 1960, il immigra à New York et s’illustra avec l’Orchestre de Pépé Bayard. Il y résidera et jouera périodiquement en solo dans une atmosphère intimiste ou avec des groupes d’ambiance. Et malgré la prépondérance technologique dans sa musique récente, Gary a maintenu l’étendard du chanteur de charme, du crooner impénitent, de l’ultime romantique.

Au comble de toutes ses aventures, ses ruptures et ses retrouvailles, il a toujours fait ressortir son originalité, à travers ses diverses œuvres et ses disques mettant en valeur sa capacité d’interprète au cachet exclusif, qu’il continua occasionnellement à gratifier, après quelque 40 années de carrière.

  • Extrait du livre Tambours Frappés Haïtiens Campés (Ed Rainner Sainvil)